k2fM0Rdu8Crnw8CU5mGGFxATGPI@500x185

Garett s'est rendu dans son jardin afin de faire passer Alexandre de l'autre côté. Alors que le jeune homme est plutôt pressé d'ouvrir les portes, le défunt se montre plutôt bavard.
 « Tu as découvert ce qui se cache dans le bunker ?
 - Si tu parles du couloir qui relie le conduit souterrain, oui.
 - Tant mieux. »

 Alors que Garett détache le collier de son cou, celui qui lui fait face lui pose une nouvelle question.
 « Et pour l'énergie malsaine qui a été ressenti dans la cellule de Stéphane ?
 - Nous avons obtenu des indices et on fera le nécessaire dans les jours à venir.
 - Et c'est ce qu'il faut car cette personne ne doit jamais s'éveiller entièrement.
 - Nous ferons tout notre possible, je t'en fais la promesse. »

 Garett s'approche alors d'Alexandre et lui passe le collier autour du cou. A ce moment, le fantôme aperçoit deux hommes qui viennent d'arriver dans le jardin de son enquêteur.
 « Tu plais à l'un de ces deux garçons.
 - De quoi parles-tu ?
 - Retournes-toi et tu sauras. »

 Garett s'exécute et à ce moment, il remarque Jérôme et Michaël. Aussitôt, le propriétaire des lieux se met à sourire sans savoir pourquoi et se concentre de nouveau sur l'âme errante.
 « C'est Michaël, n'est-ce pas ?
 - Si c'est le prénom de celui qui accompagne Jérôme, la réponse est oui.
 - Cool, il me plaît bien en plus.
 - Dans ce cas, fonce !
 - Entendu mais maintenant, il est temps pour toi de passer de l'autre côté. »

 Garett ferme le collier et rapidement, le fantôme commence à disparaître. Dès que ce dernier ne se tient plus sur la pelouse, l'enquêteur se penche en avant pour ramasser le bijou tout en ignorant que Michaël en profite pour mater son postérieur. Quand le jeune homme se relève, l'observateur place son regard sur le visage du garçon qui ne cesse de le séduire par son comportement et sa personnalité.
 « Voilà, j'ai bouclé ma seconde enquête.
 - Félicitations Garett.
 - Merci et bonjour Michaël.
 - Bonjour. »

 Les deux garçons se sourient tandis que Jérôme revient sur un certain sujet.
 « L'agence est au courant au sujet de l'entité qui a décidé de nous poser problème. Désormais, nous allons devoir nous montrer vigilant.
 - Alexandre m'a dit que cette personne n'étais pas entièrement réveillée.
 - Comment ça ? Demande Jérôme.
 - Il ne m'a rien dit d'autre.
 - Dommage car nous avons besoin d'informations.
 - On peut vous en fournir si vous voulez ? »

 Les trois garçons regardent à l'entrée du jardin et remarquent Marie et un homme à ses côtés. De suite, Michaël parvient à identifier ce dernier.
 « Tu es l'ami d'Aïda si je ne me trompe pas.
 - Son petit-ami pour être exact.
 - Dis plutôt que tu tentes de la manipuler ?
 - Tu te trompes sur mes intentions mais nous ne sommes pas là pour discuter de ce sujet.
 - Ted a raison, poursuit Marie. Vous voulez des informations sur notre ennemi commun, je vais vous en donner. Tout d'abord, le diable est hébergé dans le corps d'un être prédisposé à faire le mal. Il peut s'agir d'un ami, d'un membre d'une famille, d'un voisin, d'un collègue bref, il peut être partout. Une fois qu'il a élu domicile, il doit se nourrir d'âmes purs pour s'éveiller complètement.
 - Ce qui veut dire que des meurtres risquent de se produire dans les jours à venir.
 - C'est exact Garett. »

 Pendant ce temps, David se réveille dans son lit et tout contre lui dort Mehdi. En tournant son visage sur sa gauche, l'homme remarque que sa montre clignote en rouge.
 « Merde ! »

 A ce moment, le maghrébin ouvre les yeux et constate que son homme est réveillé.
 « Qu'est-ce qui se passe ?
 - Mon boulot. Une alerte a été émise et comme un con, je n'ai rien entendu.
 - Tu peux y aller si tu veux, nous aurons toujours le temps de se voir plus tard. »

 A l'agence, Julia se trouve dans une petite pièce dans laquelle sont rangées plusieurs étagères. Sur ces dernières, une multitude de cartons sur lesquels est inscrit le mot archive. Rapidement, Julia cherche une boîte lorsque Sabine vient la rejoindre.
 « Que fais-tu ?
 - Je cherche le plus vieux carton. Avec un peu de chance, nous trouverons des informations sur notre ennemi.
 - Inutile de te fatiguer pour rien, je sais qui est le diable.
 - Vraiment ?
 - Oui et tu le connais aussi bien que moi. C'est même ta patronne.
 - Tu veux parler de Catherine ? »