VBReVrB - Copie (9)

Il est désormais vint deux heures et Garett attend avec impatience d'entrer sur la propriété de l'orphelinat. A ses côtés se tiennent Marie, Sabine et Laurence. Concernant Michaël, le jeune inspecteur ne l'a pas revu de la journée et cela ne tarde pas à l'inquiéter.
« Bon, commence Laurence. Nous sommes d'accord sur le fait que je dirige les opérations ?
- Oui, lui répond Sabine.
- Très bien. Dans ce cas, j'entre la première et je m'occupe de la personne qui gère le service de nuit. Vous autres, trouvez le chemin qui mène à cette maudite cave, d'accord ? »
Marie, Sabine et l'unique homme du groupe répondent positivement et en choeur. Ensuite, Laurence lance l'assaut et la bande parvient facilement à entrer sur la propriété grâce à un rituel récité par l'amie de Ted. Peu de temps après, ils arrivent à l'intérieur d'un bâtiment et à cet instant, le plafonnier de la pièce dans laquelle ils se trouvent s'allume. Sur leurs gardes, les quatre agents voient une femme sortir d'un couloir se situant sur leur droite et celle-ci se place devant eux afin de leur faire barrage. Ses cheveux sont blonds et coiffés en chignon tandis que ses yeux bleus fixent l'équipe. Sur ses épaules repose un chandail marron clair à grosses mailles alors qu'une chemise rouge et fermée habille son buste. Quant à sa robe, elle lui arrive jusqu'à ses pieds et est de la même teinte que le vêtement coloré plus chaudement.
A ce moment, Laurence sort son badge et lui montre.
« Bonsoir Mademoiselle, je suis Laurence, membre de l'agence de la voie et j'ai un mandat en ma possession si jamais vous souhaitez nous poser quelques soucis lors de notre enquête en cours. Maintenant, ma question vous paraîtra très simple, pouvez-vous nous conduire jusqu'à la cave de ce bâtiment ?
- Non, répond celle qui se tient à quelques centimètres du groupe.
- Pourquoi ?
- Parce que j'attendais votre venue un peu plus tôt et que je suis un peu déçue de vous voir que maintenant.
- Vous êtes la directrice ?
- Oui.
- Et pourquoi nous refuser l'accès à la cave ? Je peux vous faire arrêter, la menace Laurence.
- Mais faîtes, je vous prie. »
Alors que Laurence attrape les menottes qui pendaient à l'arrière à sa ceinture, la directrice se met à sourire.
« Je me nomme Cassandre et je compte sur vous pour ne pas oublier mon prénom. »
Tout à coup, des flammes font leur apparition sur les murs environnants et prennent très vite de la puissance. Devant ce spectacle, les membres qui accompagnent Laurence dégainent leurs armes.
« Vous ne serez pas assez rapide pour tous les sauver. »
Rigolant à gorge déployée, la femme en profite pour disparaître de la pièce en utilisant la magie. Désormais, son identité ne fait plus aucun doute.
« Merde ! Une disciple du diable ! » Rage Laurence.
Soudain, Garrett et Sabine entendent un gémissement près d'eux. Aussitôt, ils tournent leur visage dans la direction d'où provient ces plaintes et constatent que Marie s'est écroulée sur ses genoux.
« Qu'est-ce qui t'arrive ? S'inquiète Garett.
- Je tente de faire une invocation pour maîtriser les flammes mais elle me demande beaucoup trop d'énergie.
- Dans ce cas, prends la mienne.
- Moi aussi. »
Sabine est la première à tendre l'une de ses mains à Marie et Garett l'imite rapidement. Sans perdre un instant, la sorcière attrape leur membre et prononce l'incantation dans sa tête. C'est alors à très grande vitesse que les flamme s'éteignent les unes après les autres. Une fois la menace écartée, Marie libère les mains de ses compagnons et tente de tente de se maintenir sur ses genoux. Néanmoins, elle est tellement épuisée par ce qu'elle vient de faire qu'elle fini par s'écrouler sur le sol, inconsciente.

A l'agence, Jean est autour de la table et est occupé à se nourrir. Ted et Claire lui tiennent compagnie mais dans un but bien précis : celui de le protéger en cas où.
« Donc, vous n'avez toujours pas trouvé Stéphane ? Leur demande l'ami de Garett.
- Non. » Lui répond la femme.
Jean roule des yeux et ignore s'il doit continuer de manger. Du coup, il colle son dos contre le dossier de sa chaise et regarde les deux agents.
« On ne peut pas dire que vous soyez très efficace.
- Tu veux qu'on fasse comment ? Lui demande Ted.
- J'en sais rien.
- Tu vois. »
Jean se prend quelques secondes pour réfléchir lorsqu'une idée traverse son esprit.
« Ted, tu manipules le pendule ?
- Ouais.
- Et tu ne peux pas faire un essai pour tenter de localiser Stéphane avec cet instrument ?
- Pourquoi pas ? Par contre, il me faudrait un plan de la ville.
- Je vais t'en chercher une. »
Claire se lève de son fauteuil et traverse la pièce en direction d'un meuble blanc, collé contre l'un des murs de la salle.

A plusieurs kilomètres de là, Michaël est au pied d'un escalier. Celui-ci mène aux portes d'une église et l'homme hésite à y faire ses premiers pas.
« Allez Michaël, si tu veux avancer dans la vie, seul Dieu peut t'aider. »
L'agent entre dans le bâtiment religieux tandis que Cécile l'observe, se tenant à plusieurs mètres de l'homme, cachée à l'ombre des platanes se trouvant dans le secteur.
« Tu es sûr qu'il doit être tué ? » Demande-t-elle.
Là, une silhouette se détache de l'obscurité environnante afin de s'approcher de la jeune femme. Comme Cécile se maintient dissimulée, le visage de cet inconnu restera encore un mystère pour le moment.
« Tu l'as vu comme moi ? Dit la silhouette.
- Oui.
- Il ne doit pas le rejoindre.
- Sinon, on serait en difficulté d'après toi ?
- Bien sûr. Si ce Dieu est parmi nous, il ne pourra jamais être à toi, si tu vois de qui je suis en train de parler. »