VBReVrB - Copie (17)

Garett et Tania n'ont pas quitté le parc de toute la matinée. Alors que le soleil monte progressivement vers le zénith, les deux agents patientent. Quelques secondes plus tard, une dizaine de policiers arrive sur le terrain et l'asiatique s'empresse de s'adresser à l'assemblée.
« Bonjour messiers et merci d'être venus aussi rapidement. J'aimerai que la zone soit sécurisé le temps que l'agent à mes côtés et moi-même allons sous le bassin. »
L'homme dont le grade est le plus élevé hoche positivement de la tête avant de donner des ordres à son équipe. Pendant que les policiers s'activent, Tania et Garett enjambent le rebord du bassin et s'approchent du trou. Là, ils se rendent compte de l'existence d'une échelle.
« Allez, on prend nos torches et on y va ! » Dit le jeune homme.
D'ailleurs, il est le premier à exécuter l'ordre qu'il vient de prononcer et ne tarde pas à entamer la descente de l'échelle. Une fois arrivé aux pieds de celle-ci, l'homme dégaine son arme et promène le faisceau lumineux afin de prendre connaissance du nouveau lieu dans lequel il se trouve. A ce moment, il se rend compte qu'il est dans un couloir qui mène aux égouts de la ville.
« Comment un monstre peut-il aimer se rendre dans ce genre d'endroit ?
- Peut-être parce que très peu de personne ont l'occasion de s'y promener, voilà pourquoi. »Répond Tania, en descendant l'échelle.
Dès qu'elle arrive auprès de son partenaire, l'asiatique sort son arme à son tour et promène le rayon de lumière droit devant elle.
« Je suis étonnée de ne pas voir Aurore.
- Je peux m'en charger si tu penses que cela peut nous aider, lui dit Garett. Aurore, tu veux bien te montrer s'il te plaît ? »
Suite à cette demande, la fillette se matérialise devant le duo. Content de la voir, le frère de Marie se lance dans une conversation avec l'enfant.
« Tu crois que tu peux nous montrer le chemin ?
- Oui mais une fois que vous aurez trouvé mon corps, vous en ferez quoi ?
- Nous le remontrons à la surface pour qu'un légiste puisse l'autopsier. Une fois qu'il aura terminé, notre agence se chargera de t'offrir des funérailles digne de ce nom. »
Et ces paroles suffisent pour convaincre l'enfant. Comme pour montrer sa bonne volonté, Aurore tourne le dos aux deux enquêteurs et avance dans le couloir. Bien décidés à l'aider, Tania et Garett lui emboîtent le pas afin de retrouver son corps.

Pendant ce temps, plusieurs agents exerçant pour Christine se tiennent devant l'entrée de leur lieu de travail. Celui-ci est dans un triste état suite à l'attaque de Cécile et face à ce triste spectacle, Michaël sourit. Bien sûr, cette expression ne passe pas inaperçue aux yeux de tout le monde.
« On peut savoir ce qui te fait sourire ? Lui demande John.
- Le résultat de votre inaction. Combien de fois certains d'entre nous vous ont sollicité pour s'occuper de cette femme ? Si le feu vert avait été donné en temps et en heures, nous n'en serons pas là.
- Et tu penses que cela aurait changé quelque chose ?
- Et comment ! D'ailleurs, l'état dans lequel se trouve cette entrée résume parfaitement votre incapacité à prendre de bonnes décisions.
- Retire ce que tu viens de dire !
- Non car j'accepte uniquement les ordres de notre Seigneur à tous.
- Ben voyons.
- Vous avez fini tous les deux ? » Intervient Jérôme.
Alors que le trio continue d'échanger sur la mollesse de la direction, Louis poursuit sa contemplation des dégâts tout en réfléchissant. Tout d'abord, il n'ose croire que la responsable de cette attaque soit Cécile. De plus, savoir qu'elle est un agent du diable lui mine considérablement le moral. Alors que des larmes s'apprêtent à glisser le long de ses joues, voilà qu'il entend des pas dans son dos. Lorsque Louis se retourne, il tombe nez à nez avec le frère d'Aïda.
« Bonjour, commence le jeune arabe. Est-ce que tout va bien ?
- Oui, c'est juste que je ne m'attendais pas à ce que notre agence soit attaquée de la sorte. C'est très impressionnant.
- Je n'en doute pas une seule seconde. Jean n'a rien ?
- Non.
- Tant mieux et tu crois que je peux le voir ?
- Pas maintenant car le moment est mal choisi.
- Je comprends. Par contre, faites-moi passer le message par David lorsque je pourrais.
- Entendu. »
Mehdi devance Louis afin de connaître l'étendue des dégâts à son tour. Devant un tel spectacle, il ne comprend pas la peine de l'employé et ne tarde pas à se douter de quelque chose.
« Il faut être un peu stupide pour ressentir une aussi grande peine, tu ne trouves pas ?
- Non et si tu pouvais éviter de me tutoyer, cela m'arrangerais.
- Dis celui qui sort avec une ravagée mentale.
- Tais-toi ! Lui ordonne Louis.
- Qu'est-ce qui se passe ? Demande John tout en rejoignant les deux garçons.
- Rien, tente de se défiler l'agent.
- Parce que sortir avec Cécile n'est rien ? Vous avez une drôle de conception concernant la sécurité de tous je trouve. » Finit par dire Mehdi.
Suite à cette révélation, Michaël, Jérôme et John fixent Louis.
« Quoi ? Demande ce dernier.
- Es-tu notre ennemi ? » Questionne le responsable de l'équipe présente.