W_VIT248C1iNIY41YCEGQterlEQ@500x185

Il fait encore nuit sur la ville où vit Garett lorsqu'on vient frapper à la porte d'entrée de celui-ci. A l'intérieur, aucune lumière ne s'allume. Persévérant, la personne qui vient rendre visite au jeune homme persiste et au bout de la troisième fois, de la clarté se montre au premier étage. Quelques secondes plus tard, Garett vient ouvrir en présentant un débardeur blanc sur son torse et un caleçon foncé autour de la taille. Pour savoir à qui il a affaire, le propriétaire de la résidence allume le luminaire du perron et remarque que son visiteur n'est autre que Jean.

" Jean ? Tu sais l'heure qu'il est ?

- Oui et j'en suis désolé mais j'ai besoin de parler à quelqu'un et comme j'ignorai vers qui me tourner, j'ai songé à toi.

- Je vois mais c'est si important que ça ?

- Tu en jugeras par toi-même."

La curiosité titillée, Garett commence à se demander si son ami ne s'est pas foutu dans une situation des plus délicate. Poli, le médium s'écarte du passage afin de permettre à son camarade d'entrer. Cependant, Garett estime que le hall sera très bien pour la conversation qui va débuter.

" Alors, que se passe-t-il ?

- Avant de commencer, lui dit son ami, tu dois me promettre que cela restera entre toi et moi.

- Je t'en fais la promesse."

Jean veille à bien regarder son hôte droit dans les yeux pour être sûr d'y voir de la sincérité. Lorsqu'il est rassuré, le garçon se décide.

" J'ai couché avec Mehdi."

A l'écoute de cette nouvelle, Garett ouvre la bouche de stupéfaction et bien sûr, aucun mot n'en sort. Alors qu'il peine toujours à se remettre de cette nouvelle, Jean poursuit dans ses confessions.

" On était défoncé et on était en mal de compagnie.

- Je n'ai pas besoin d'en savoir plus, dit enfin Garett.

- J'imagine mais j'ai vraiment besoin d'en parler.

- J'entends ta demande et je l'accepte mais je te propose qu'on se voit plus tard, dans la journée. Hier a été très chargé pour moi et là, je dois me reposer.

- Ne me dis pas que tu as enfin un client ?

- Pas vraiment. Tu n'as pas regardé la télévision hier ?

- Non car mes parents m'ont payé des cours du soir suite à mon dernier bulletin."

Garett se souvient des parents de son ami et ce choix ne l'étonne pas. Toutefois, il tente de relativiser.

" Si tu savais comme je voudrais être à ta place.

- Tu parles pour Mehdi ? Demande Jean.

- Mais non, je parle pour tes parents.

- Désolé.

- Pas grave. Bref, je bosse sur une disparition et je le fais avec des flics.

- Quoi ? Toi ? Des flics ?"

Au même moment, à plusieurs mètres de là, Christine prend place au bout de la table qui se trouve dans la pièce obscure. Présent autour du mobilier, Laurence et Louis.

" La conférence était parfaite, dit l'homme.

- Merci Louis. Reste à savoir maintenant si Garett va accepter de nous rejoindre.

- Je ne vois pas ce qui le pousserait à refuser, se mêle Laurence.

- Alors que moi, si. D'ailleurs, pourras-tu être son doublon pour la journée ?"

Christine pose cette question tout en regardant Laurence. Cette dernière ne tarde pas à faire connaître sa réponse.

" J'accepte avec plaisir.

- Merci."

Ensuite, la patronne délaisse son employée pour s'adresser à l'ensemble des membres autour de la table.

" Sinon, j'ai obtenu les chiffres du mois qui vient tout juste de s'écouler.

- Sont-ils bons ? Demande Louis.

- Tu vas juger par toi-même. Nous avons pu permettre à soixante défunts de passer de l'autre côté.

- Soixante ? C'est plutôt pas mal.

- Je rejoins Louis mais nous ferons mieux une fois que Garett sera parmi nous, rajoute Laurence. D'ailleurs, si vous le voulez bien, je me dois de le rejoindre."